Réforme de l’APL : la CSF indignée

Réforme de l’APL : la CSF indignée

crédit fotolia Jérome Rommé  Prendre en compte le patrimoine des allocataires : avoir un peu c’est déjà trop

Avec la nouvelle réforme des APL, le patrimoine non imposable (livret A, Livret d’épargne populaire ou résidence secondaire non louée) supérieure à 30 000 euros sera pris en considération pour le calcul des aides au logement. C’est donc 650 000 foyers aux revenus modestes qui verront leur aide au logement diminuée.

Les locataires ayant économisé pour faire face à un accident de la vie seront ainsi pénalisés. Pour obtenir une aide au logement  il ne suffira plus d’être pauvre, il faudra aussi être démuni !

Pour les locataires qui possèdent un bien immobilier, la réforme risque d’avoir de lourdes conséquences. En effet, nombre de biens (notamment lorsqu’ils sont reçus en héritage) sont éloignés des zones d’emplois ou impropres à l’habitation. Alors qu’ils ne trouveront pas facilement acquéreur, ces locataires modestes vont se retrouver dans l’impasse pour faire face à leur dépense de logement. C’est pourquoi la Confédération Syndicale des Familles appelle le gouvernement à revenir sur cette réforme injuste et dangereuse pour les familles populaires.

Depuis le 1er juillet 2016, la dégressivité des APL est applicable.

Cette dégressivité  entraîne dans sa foulée des milliers de familles devant de grandes difficultés pour faire face à leur dépense de logement. La CSF dénonce cette mesure inique.arton921-23a1d

 crédit photo : @fotolia ©Jérome Rommé

Comments are closed.