Les familles nombreuses et la réforme des retraites

Les familles nombreuses et la réforme des retraites

Le 10 février 2020, une conférence de presse abordant les droits familiaux dans le nouveau système de retraite avait lieu dans les locaux de l’Union Nationale des Associations Familiales avec la participation des ‘Associations Familiales Catholiques’, des ‘Associations Familiales Protestantes’, du ‘Mouvement Mondial des Mères’, de ‘Familles de France’ et de ‘La Confédération Syndicale des Familles’.

Pour La Confédération Syndicale des Familles, il était question de préciser l’impact du nouveau système de retraite sur les familles nombreuses.
Une famille est dite ‘nombreuse’ lorsqu’elle comprend trois enfants ou plus. Ces familles font souvent face à des difficultés comme la gestion du temps et un budget familial moindre : un parent peut abandonner son travail ou occuper un poste à mi-temps pour s’occuper du foyer. Ces parents sont aussi très attentifs à leurs dépenses. Actuellement, le système des retraites tend à compenser la perte budgétaire de ces familles nombreuses.

Aujourd’hui, il existe la ‘Majoration de Durée d’Assurance’ (MDA), c’est-à-dire que des trimestres vont être attribués pour majorer la pension de retraite dans certains cas, notamment suite à une naissance ou pour l’éducation des enfants.
Dans le cas du régime des salariés du privé, pour tout enfant né ou adopté à partir de 2010, 8 trimestres sont attribués : 4 (à la mère) pour la maternité et 4 (au père ou à la mère) pour l’éducation de l’enfant.
Avec le nouveau système de retraite, le Gouvernement prévoit de remplacer la MDA par des « points enfants » : une bonification de 5 % attribuée à un parent au choix ou partagée entre eux. Les familles ne bénéficieront plus des 8 trimestres.

Aujourd’hui, les deux parents de familles nombreuses peuvent bénéficier d’une bonification de 10 % du montant des retraites. Cette bonification permet de compléter les retraites des familles nombreuses qui, le plus souvent, investissent dans l’éducation de leurs enfants plutôt que d’épargner en vue de leur retraite.

À l’avenir, il y aurait une bonification de 2 % par parent liée au fait d’être une famille nombreuse. Autrement dit, les parents bénéficieront d’une bonification de 17 % à se partager ou attribuer à l’un des deux parents. (5 % x 3 enfants + 2 % pour être une famille nombreuse). Actuellement, les parents bénéficient d’une bonification de 20 %.

La Confédération Syndicale des Familles s’inquiète car cette majoration ne compensera pas la perte des trimestres et la bonification accordée aux familles nombreuses, alors qu’elles sont déjà confrontées à de nombreuses difficultés.

Nous pensons que des simulations doivent être faites mais il est très vraisemblable qu’il y aura une rupture d’égalité entre les familles nombreuses selon que le troisième enfant naîtrait avant la mise en œuvre de la réforme ou juste après celle-ci.

Concernant l’Assurance Vieillesse des Parents au Foyer (AVPF) : les parents au foyer, les personnes en charge d’un enfant ou parent handicapé peuvent être rattachés au Régime Général sans verser de cotisations. Ils accumulent alors des droits pour la retraite.
Les années concernées se calculent sur la base d’un SMIC en considérant les années où la personne a bénéficié de l’AVPF comme le versement d’une rémunération égale au SMIC.
La réforme compte remplacer l’AVPF par des “points d’interruption d’activité” amenant à réduire l’abaissement de compensation à 60 % du SMIC alors qu’il est actuellement à 100 % du SMIC.

Cette réduction impacte directement les familles – et surtout les familles nombreuses à condition modeste – car dans certains cas l’un des deux parents se trouve contraint de suspendre son emploi pour s’occuper de la gestion du foyer.
A travers ces différents axes, nous craignons que les familles soient impactées par cette réforme. Nous ne voulons pas que les familles soient perdantes et qu’elles se retrouvent en difficulté à l’âge de la retraite.

Le système de retraite repose sur un principe de solidarité entre générations, professions, actifs et inactifs. Pour la Confédération Syndicale des Familles, il ne faut pas que ce principe, au cœur du système de répartition, soit remis en cause. …”

Toutes les associations demandent :
— plus de clarté et de transparence dans le nouveau système de retraite.
— que le montant total dédié au droits familiaux soit garanti dans le système réformé.

Concernant le système de retraite dans sa globalité, nous constatons qu’avec ce nouveau système, il y aura une prise en compte des 43 années de carrière, tandis qu’aujourd’hui il y a une prise en compte des 25 meilleures années pour les salariés du privé et les 6 derniers mois pour les salariés du public, ce qui tend à impacter tous les salariés. En tant qu’association familiale, nous défendons tous les parents, qu’ils soient salariés du secteur privé ou du public, parent au foyer etc.

La remise en cause de notre modèle social est un réel danger pour les familles et notamment les familles dans les situations les plus précaires. Nous souhaitons une réforme juste, prenant réellement en compte la situation des familles, et notamment des mères de familles et des familles nombreuses (interruption de travail, maternité etc.)

Rappelons que les enfants, sont de futurs cotisants, ce sont eux, qui vont contribuer au système de retraite de demain